Bertrand Cabaret : Africaine à l'Eléphant

Publié le par Catherine P.


"Tiens donc, une poupée abandonnée dans une poubelle qui hurle au secours!

Aïe, amputée, elle doit souffrir, aller hop dispensaire... atelier, greffe, nouveau bras, nouvelle tête, nouvelle vie..."
Le travail que je mets en place avec les poupées est celui de réfection et de reconstruction de mon œil et de celui des autres. La poupée est un transfert affectif pour celle ou celui qui l'aime, c'est le doudou des enfants, pour ma part c'est plutôt le rapport esthétique de l'illustration de la rupture et la décadence d'un objet qui comme les autres devient très vite un objet banal de consommation et qui finit par être quelque chose que l'on met à mort et dont on se débarrasse.
Je redonne une seconde vie à ces petits corps démembrés en laissant apparent les blessures et plaies qui peut-être nous rappellent les nôtres, on tombe, on se relève, mais toujours un peu moins bien que précédemment...

Bertrand Cabaret

Africaine à l'Eléphant
Assemblage (2008)





Publié dans Bertrand Cabaret

Commenter cet article

jac-zap 01/05/2008 21:30

Objet transactionnel
l est un objet qui fait office de doudoune pour lesadultes. Il a la forme d'un galet à touches et a parfois une petitequeue bien droite. Il couine avec véhémence si on n'appuiepas dessus à un endroit précis. On le garde tendrementcontre son oreille. On se demande si ces petites bêtes mécaniques n'ont pas déjà pris le pouvoir sur les humains.